Suis-je ?

En juillet 82, j’avais presque 12 ans, j’étais en Guyane pour les vacances pour la deuxième fois de ma vie, à Cayenne plus exactement. Ma tante Armelle faisait des ménages dans un asile de fous et je l’accompagnais tôt le matin. J’ai adoré ces vacances.
J’ai côtoyé certains patients dont la pathologie était sans issue. Des névrosés, des dépressifs, des schizophrènes, des ‘‘tout’’ et des ‘‘rien’’.
Je me souviens avoir joué avec certains.
En juillet 82, alors que le grand Patrick Dewaere se suicidait, moi je tombais amoureux de la folie humaine. J’avais du mal à comprendre pourquoi “ils” et “elles “étaient dans un hôpital (?). Je ne saisissais pas, cela m’intriguait. Je voulais être fou. Quelques années plus tard, il y a eu cette chanson de Kate Bush : « Running up that hill » (S’enfuir jusqu’en haut de la colline).
Et je me suis mis à revivre dans ma petite chambre en Guadeloupe, cette expérience passée.
Ca ne fait pas mal d’être fou, ça fait plus mal parfois de ne pas l‘être. J’ignore aujourd’hui
encore pourquoi, cette musique m’évoque la folie, celle qui me séduit, celle qui me lie à
quelque chose de suspendu juste à côté de moi…Peut être mon âme, mes états d’âmes,
mes angoisses ou mes secrets. La voix de Kate bush dans cette chanson est comme un cri, un soupir, un supplice, un renoncement, un adieu, une folie douce…Et j’aime ça.

le 23 mai 2013 à 3h22 du matin, à 10.000 mètres d’altitude au dessus du Turkménistan.